Accueil |Forum

Guérir de l'anorexie.

Tous droits réservés Calimera BouliAna.com © Mise à jour: 9nov. 2012

 

Guérir de l'norexie:

 

Voici les différentes étapes qui mènent à retrouver une alimentation normale :

méthode testée et approuvée ;-)

1) Réintroduire progressivement des aliments consistants.

Si au début il est difficile et même physiquement douloureux de manger des aliments "solides", commence par remanger des éléments liquides tels yaourts et soupe...puis introduis peu à peu des aliments plus solides. Vas-y doucement, mais sûrement!

2) Arrêter de (trop) se peser.

La pesée plusieurs fois par jour (et par nuit!) sabote les tentatives d'améliorer son alimentation. Plus tu te pèses, plus tu as envie de restreindre ton apport alimentaire, ou alors te provoque une crise de boulimie...
Il est préférable de te concentrer à mieux t'alimenter en dépit des fluctuations de poids incontournables dans ce processus de réadaptation nutritionnelle. Ces fluctuations sont transitoires. Tout se finira par se stabiliser.

Rappelle-toi que toute personne qui souffre d'un trouble de l'alimentation peut se se trouver dans un état plus ou moins sévère de déshydratation et qu'un changement même modeste dans sa prise alimentaire peut entraîner une rétention d'eau, et donc une prise de poids. Mais c'est temporaire! ce, jusqu'à ce qu'on retrouve une hydratation normale.

3) Déterminer un horaire de prises alimentaires.

Au début , il est important de déterminer d'abord quand s'effectuera chaque prise alimentaire.
Les sensations de faim ou de satiété n'étant pas fiables, il faut t'en remettre à un signal externe et c'est l'horloge! Si le nombre de prises alimentaires se limite à deux fois par jour pour le moment, il faut travailler à ce qu'elles soient consommées à des heures régulières. Ton corps a besoin de repères. Savoir que tu mangeras à une heure fixe rassurera ton corps et ainsi il stockera moins.

4) Augmenter la fréquence de la prise alimentaire à 5 ou 6 fois par jour.

Au cours de la réadaptation nutritionnelle, la sensation de satiété, d'être "plein", dès le début du repas est fréquente: c'est la sous-alimentation qui a réduit la capacité de ton estomac.Pour remédier à ce cercle vicieux, il est recommandé d'augmenter non pas les quantités mais la fréquence des prises alimentaire. Manger une petite quantité d'aliments mais plus souvent au cours de la journée augmente l'apport énergétique quotidien sans subir trop d'inconfort. Ainsi, il sera possible de prendre un petit déjeuner léger, une collation à 10h, un repas léger le midi, un goûter à 16h, puis de dîner en début de soirée.

Manger un repas "normal" prendra du temps. Laisse-toi le temps d'atteindre cet objectif.

5) Augmenter l'apport énergétique et ré-introduire les aliments "interdits" dans le passé.

Une alimentation non-restrictive est une alimentation pour laquelle aucun pouvoir n'est accordé aux aliments. L'objectif est de ne plus compter ni restreindre le nombre de calories, et de réintroduire peu à peu tous les aliments et donc de n'en exclure aucun...

6) Manger des portions standardisées.

Le fractionnement des portions est un comportement restrictif. Peu à peu, il faut tendre à manger des portions "normales". POur t'aider, tu peux acheter des plats individuels, ça te donner une idée de ce que représente une portion "normale" ; tu peux aussi te référer à ce que mange une personne qui n'est pas au régime.

7) Éliminer les aliments "minceur et o%".

La consommation de ce type d'aliments indique une volonté de contrôler et que l'on donne du pouvoir aux aliments. Ces produits allégés, aspartamisés et Cie, ne te permettent pas de développer une attitude saine vis-à-vis la nourriture.

8) Tenter de se distraire après la prise alimentaire.

Manger est un acte anxiogène. Après le repas, tu peux te sentir angoissée, fatiguée, dégoutée, tu peux avoir mal à l'extomac et avoir envie de vomir.
Après le repas, il est préférable de quitter la pièce et de penser à autre chose, par exemple tu peux lire, regarder la télévision, surfer sur le net, ou te donner à une activité relaxante en fonction de tes intérêts personnels.


Guérir son Anorexie mentale :

 

1 - Ne nie plus la maladie

Prends conscience que tu es malade.
L’anorexie est un état grave qui atteint ton corps dans ses fonctions essentielles. N’en aies pas honte, mais ne la banalise pas non plus.
Fais-toi accompagner par un un psy de confiance.


2 - Etablis ton plan de guérison

pour venir à bout de ton anorexie, il faut te donner des objectifs : (cf. supra le plan de réalimentation)

Accepte de peser au moins un poids minimum normal. Celui-ci est défini par l'IMC (indice de masse corporelle).

Pour maintenir un tel poids sans maigrir, ni grossir, essaye de suivre un régime équilibré. Dans la grande majorité des cas, ce modèle sera compris entre 1800 et 2200 calories, un peu plus si tu es très sportive!

Mange équilibré : équilibré ne veut pas dire diététique, mais varié. Plus l’alimentation est diversifiée, plus tu auras des chances de vivre mieux et longtemps. Donc ton alimentation doit comporter chaque jour les cinq classes d’aliments essentiels.

Modifie peu à peu ton comportement alimentaire. Il te faut faire 3 repas par jour + 1 ou 2 collations. Assieds-toi à table. Lance-toi des défis : manger avec quelqu'un, c’est convivial ; le regard de l’autre, cela peut être amical...

3 - Fixe-toi des objectifs

Fixe-toi de petits objectifs à court terme. Une pyramide se construit pierre après pierre. Fais toi un programme à l’échelle de la semaine : 2 c. à soupe de riz aujourd’hui, 3 c. à soupe de pâtes demain...un dîner au restaurant entre amis après-demain...

4 - Le "lâcher prise"

Apprends à lâcher prise ; ne te mets pas la pression, cesse d'être si exigeante envers toi-même. L’anorexie est au fond une politique de restriction où, tu le sais bien, tout est compté, et où on essaye de tout contrôler, et pas seulement les calories.

Détends toi, et vois le plaisir que cela procure, accorde-toi quelques minutes ou plus chaque jour à ne rien faire ! Prends soin de toi, bichonne-toi. Prends de temps en temps un bon bain chaud, avec du bain moussant à l'amande ou à la pêche, puis masse toi avec un lait corporel à la fraise.... Sois enfin douce avec toi-même.

5 - L’image du corps

Travaille sur l’image de ton corps. Celui-ci ne doit pas seulement être un objet d’hygiène : le but d’une activité sportive n’est pas de sculpter son corps, ni de faire maigrir, mais plutôt d’apporter un mieux être physique et psychique. Ton corps est une incroyable machine. Ecoute ton corps.Respecte-le. Un jour, tu auras besoin de lui!

6 - L’hyperactivité

Une augmentation de ta ration calorique aura tendance à te rendre plus nerveuse, voir à entraîner un besoin de plus te dépenser. Fais-y attention : ne compense pas un peu plus de nourriture par un peu plus de dépense physique. L'hyperactivité est une ennemie. Tu n'en seras que plus fatiguée. Prends conscience que ce symptôme fait par partie intégrante de la maladie.


7 - L’isolement

Tout comme tu ne dois pas t'enfermer dans la maladie, tu ne dois pas t'isoler. Essaye, malgré tes difficultés à t'alimenter, d’aller vers les autres. Je sais que ça te semble mission impossible, mais fixe-toi cet objectif: quelques repas entre amis, en famille ou avec tes collègues, plutôt que les repas pris toute seule. Ne garde-pas ton mal être pour toi : parles-en. Ne tais pas la maladie. Ose en parler.

8 - Crois en toi!!!

Ne baisse jamais les bras. Crois toujours en la guérison. Même si le chemin est long et difficile, les efforts accomplis pour guérir sont payants. Il t'arriveras d'avoir le sentiment de "stagner", de ne plus avancer...mais ne te décourage pas !

Et ne refuse pas l’aide que certains, par chance, te proposeront peut-être: les autres sont aussi là pour t'aider à continuer et à repartir.

 

 

 

Accueil |Forum

 

Tous droits réservés - Texte écrit par Calimera - boulianaATbouliana.com - BouliAna.com © 2003-2013
Reproduction totale ou partielle interdite sans autorisation de l'auteur.
Toute reproduction ou imitation est interdite et sera poursuivie.

WebAnalytics